Perpignan insolite à découvrir


Quelques lieux insolites de Perpignan que nous vous livrons,  version inattendue de Perpignan au travers d’anecdotes sur la ville. Suivez le guide.
_______________________
PAR HERVÉ DENYONS

A l’inverse de Nîmes la romaine ou Montpellier la baroque, Perpignan ne se livre pas au premier regard. « C’est une ville qui paraît encore se protéger derrière ses remparts…qui n’existent plus, observe Jean-Paul Alduy. Et, si son centre est petit on s’y perd facilement. » Il vaut mieux la visiter à pied. Par exemple jusqu’à la rue Paratilla, l’une des plus célèbres. Odeur d’épices, de gambas, fruits, légumes, charcuteries, cet étroit passage a des allures de souk. « Un concentré de Méditerranée avec ses figures comme la vieille marchande qui vend des violette ou des figues en saison.Elle n’a jamais eu de patente, mais c’est une institution et même moi j’y achète. »forme d’architecture traditionnelle ici, mais peu de gens savent que c’est la seule cathédrale à posséder ce genre de clocher en France. » Le monument peut d’ailleurs s’enorgueillir d’une autre particularité. Il côtoie un cloître-cimetière également unique de ce côté-ci des Pyrénées, le fameux Campo Santo et ses impressionnants portiques gothiques. Un des nombreux témoignages de la forte imprégnation religieuse de la ville depuis les origines. « Perpignan a accueilli pratiquement tous les ordres chrétiens, sans doute du fait de sa position frontalière. Sans oublier les autres religions. »
Les épices. La rue Paratilla et ses commerces traditionnels.Unique. Le clocher en fer forgé de la cathédrale Saint-Jean-Baptiste.
Esprit de clocher« Quand je pense à Perpignan, c’est d’abord au clocher en fer forgé de la cathédrale Saint-Jean-Baptiste. UneCentre du monde
Déclarée centre du monde par Dali, Perpignan a acquis une notoriété inespérée. Mais, de la gare qu’il a célébrée sur toile, le peintre n’appréciait pas que le hall.

 

Culte.Œuvre présentée lors de l’exposition Salvador Dali et reprenant la célèbre phrase du maître.Triangle parfait.La place Jaubert-de-Passa.
« On y trouve un vrai bouchon…catalan, Le Figuer, avec cuisine ouverte et possibilité de goûter tous les plats authentiques du cru. Et l’ambiance est encore plus colorée que dans un bouchon lyonnais. »
A chaque passage, il déjeunait au buffet de deux œufs au plat au milieu des voyageurs. « Il a été incroyable ambassadeur pour Perpignan, y compris à l’étranger. Grâce également aux nombreuses photos de lui prises dans la ville. Chacune faisait l’objet d’une préparation méticuleuse, car il était son propre metteur en scène. Mais, comme le centre du monde n’est pas facile à placer sur une carte, lorsque je suis à l’étranger, je préfère dire que Barcelone est juste à côté. » Seul regret, Perpignan ne possède aucun tableau de l’artiste qui fit tant pour la faire connaître.
Placette arborées

La ville possède de magnifiques placettes. Populaire, comme celle des Poilus, ou tra nquilles comme celle de la Révolution Française avec son étonnante fontaine surmontée d’une salamandre d’où jaillit l’eau.
 Un cloître disparaîtDifficile d’imaginer ce que fut le couvent des Carmes, dont la construction débutera en 1270 sous l’impulsion de Jacques Ier, roi de Majorque. Abandonné à la Révolution puis malmené par le temps et les hommes, il servit longtemps d’entrepôt aux armées et une bonne partie fut détruite lors de la Seconde Guerre mondiale par l’explosion de munitions allemandes. Son cloître s’est, lui, volatilisé tout en restant intact. Il a en fait été entièrement démonté et reconstruit…au château de Villemartin, dans l’Aude. « Il y est toujours et la ville se portera acquéreur si jamais il est à vendre un jour. Pas question qu’il parte aux Etats-Unis comme d’autres merveilles du département. »
« Il y a là des magnifiques plantes dont on m’avait dit qu’elles étaient malades, mais je refuse de les voir disparaître. Au besoin on les momifiera. » Autre placette étonnante, celle de Jaubert-de-Passa forme un triangle parfait.Grand ArchitecteAutre lieu étonnant, la chapelle du Tiers-Ordre. Elle a jadis accueilli les rassemblements de juifs forcés à se convertir à la religion chrétienne mais restés attachés à leur religion. Sut l’une de ses fresques, Dieu trône, tenant un globe dans la main, mais un

 

détail échappe au visiteur non averti. « On ne le remarque presque pas, mais à ses pieds, il y a un angelot qui tient une équerre et un compas, deux outils symboliques des francs-maçons. » Clin d’œil des compagnons chargés de réaliser la fresque ou ajout postérieur ? Le Grand Architecte ne semble pas s’en offusquer.Lieux détournés

Perpignan est une mosaïque architecturale avec des bâtiments détournés de leur vocation première : halle aux poissons ou convent devenus lieux d’exposition, loge de mer devenue café, édifices religieux et militaires métamorphosés en salle de spectacle. C’est par exemple le cas de l’Arsenal, qui accueillie maintenant la Casa musicale.


Reconversion.
L’ancien Arsenal a laissé la place à une salle de spectacle.

la France est représentée par Jacques Chirac et Lionel Jospin, cohabitation oblige. Or, avant la conférence finale les deux dirigeant s’opposent sur l’ordre de prise de parole et s’isolent dans un bureau. « Je me suis retrouvé de longue minutes seul avec Aznar dans le couloir. Et bon Andalou, il se mit à me « chambrer » en disant que, puisque j’étais attaché à la calamité, je devrai demander le rattachement de Perpignan à l’Espagne. Je lui répondis que j’allais dans le sens de l’histoire en souhaitant l’abolition des frontières. Ce qui le fit sourire et contribua à détendre une atmosphère pour le moins tendue. Je lui ai offert une peinture de taureau, preuve que l’âne catalan n’est pas rancunier. »Fil musical

Côté musique, qui dit Perpignan pense immédiatement au chanteur Cali. Mais, quand on joint la mairie, c’est d’un autre artiste que l’on peut entendre les couplets. La musqiue d’attente propose la chanson « Perpignan » écrite par Balbino Medellin, musicien gitan de Paris dont les racines sont en Roussillon. « Après les émeutes de 2008, je lui avais demandé

 

Sommet agité

En 2001, Perpignan accueillie un sommet franco-espagnol agité. Côté ibère, José Maria Aznar, alors Premier ministre, est seul maître à bord, mais

s’il serait d’accord pour que nous puissions utiliser cette chanson, qui est un résumé magnifique de la ville. Il a tout de suite accepté. Cette chanson symbolise ce que Perpignan doit être : la ville de tous. »L’Ovale tourne rond

Champion de France à XV cette année, Perpignan est un cas unique avec également un club de XIII, le seul français à évoluer en Super League anglaise.
Chacun se regarde en chien de faïence et possède son stade. Au départ, fait peu connu, les deux rugbys se pratiquèrent à Aimé-Giral. D’abord le XIII, avant que le XV fasse tracer un

 

terrain…dans l’autre sens. Perpignan a également battu un record pour Dan Carter, son jouer néo-zélandais, dont le salaire mensuel se montait à 100 000 euros. Pari gagnant puisque le bouclier de Brennus est revenu au Castillet. « Ici, on l’appelle le « planxot » et il circule de village en village et de main en main. J’espère qu’on ne va pas l’égarer. Le meilleur moyen, c’est d’être de nouveau champion l’année prochaine. »


Apprendre le Français en France avec ALFMED
Cours de Français, Programmes intensifs, Immersion culturelle
Le spécialiste des cours de Français à Perpignan – Label Qualité FLE depuis 2007